L'encyclopédie des Comics qui ont marqué nos générations

ComicsGen » Encyclopédie » Sagas » The Killing Joke

The Killing Joke

Présentation


''Batman : The Killing Joke'', plus connu en France sous le nom de ''Batman : Rire et Mourir'' est un comics "one shot", de DC Comics basé sur l'univers de Batman. Écrit par Alan Moore (''Watchmen'' et ''V pour Vendetta'' en autres), dessiné par Brian Bolland et colorié par John Higgins. Il a connu de nombreuses éditions, d'abord chez DC Comics en 1988 sous le nom de ''The Killing Joke'', puis en France chez Comics USA en 1989, ensuite en format de poche, sous le même nom chez ''J'ai Lu''. Enfin sous son nom le plus connu chez les francophones, ''Rire et Mourir'', en 2000 chez Delcourt, et, pour finir, réédité chez Panini Comics en 2009, sous son titre d'origine ''The Killing Joke'' avec une nouvelle mise en couleur très avantageuse de Brian Bolland. Ce comics nous donne au cours de son histoire plusieurs retours sur les origines du Joker pour, à la fin, mieux nous faire comprendre la folie de celui-ci. Ce comics a influencé, entre autre, Tim Burton pour son adaptation de Batman et le duo Jonathan Nolan/Christopher Nolan pour leur film ''The Dark Knight'' en particulier.


Résumé


Le Joker, plus grand ennemi de Batman, vient de s'évader une fois de plus de l'asile d'Arkham. Après l'avoir réalisé, Batman part immédiatement à sa recherche pour l'arrêter. Mais le Joker, attaque la famille Gordon à son domicile. Barbara, est gravement blessée et son père, le commissaire James Gordon, est kidnappé. Le Joker va alors le ridiculiser, le choquer, essayer de le faire céder à la folie, pour ce convaincre que tout le monde deviendrait fou après avoir vécu un drame comme lui l'a vécu. Après un long moment, Batman arrive et libère Gordon pendant que le Joker s'enfuit. Le commissaire demande alors à Batman de s'occuper du Joker, mais, dans les règles, pour lui faire comprendre que leur système fonctionne. Le Dark Knight et le Joker vont alors mener une longue course où à la fin, le Joker se retrouvera désarmé devant le Dark Knight et nous y trouverons alors une fin majestueuse à découvrir par soi-même...


Avis


Ce One Shot est tout simplement une réussite total, dès lors de sa première lecture, on l' adore, mais même après plusieurs lectures on découvre encore des petites choses, des détails tant au niveau dessin qu'au niveau scénario, de la narration en particulier.


Commençons par la première chose que l'on remarque quand on ouvre cette œuvre, car on peut bien ici parler d'une œuvre, ce sont les dessins de Brian Bolland, on remarquera bien le fait qu'il ait passé plus de trois ans sur ces planches, le résultat est juste indéniable, ses traits sont très précis, chaque ombre et chaque contour sont dessinés avec attention. Les expressions des visages sont vraiment réalistes, dans ce comics, c'est l'une des rare fois ou j'ai vu un Batman qui riait tout en étant si bien exprimé. Ensuite l'histoire, Alan Moore ne s'est pas contenté de nous faire une simple explication de : "pourquoi le Joker est ce qu'il est", mais il l'a mis en scène, l'histoire de l'origine du Joker est coupé en plusieurs parties dans le comics et chaque partie est posée dans l'histoire dans un scène bien précise qui colle avec celle-ci, comme ci chaque action mauvaise du Joker était justifiée par ce qu'il avait enduré.


Pour finir, les couleurs, faites dans la plupart des éditions par John Higgins, sont assez bonnes dans l'ensemble, bien que dans certaines scènes l'abus de couleurs ne colle pas vraiment à l'univers de Batman. Mais la nouvelle édition, recolorée par Brian Bolland corrige vraiment ce petit défaut, sûrement dû au fait qu'il colorise ses propres planches.


Infos


''Batman : The Killing Joke'' fait partie des meilleurs œuvres sur Batman et de son mythe.

A savoir que si vous ne l'avez pas encore acheté, l'édition de Panini Comics avec la mise en couleur de Brian Bolland est, de loin, la meilleure. Cette oeuvre se suffit largement à elle-même, mais en octobre 1999, une mini-série de 6 numéros en édition limitée nommée "Batman : Harley Quinn" racontant les origines du Dr Harleen Quinzel (personnage crée à l'origine pour la série animées "Batman : the Animated Série"), devenue "Crazy Queen" puis "Harley Quinn", apporte de nouveaux éléments et un autre éclaircicement à "Batman : The Killing Joke", malgré quelques paradoxes comme c'est souvent le cas des histoires sorties après certaines oeuvres mais se permettant de raconter des évènements (par flashback ou non) censés se dérouler chronologiquement avant. Toutefois cette mini-série est très dure à trouver et n'est pas essentielle à la compréhension de l'oeuvre de Moore.


Auteur : Batfan


Album photos